Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Pour s'inscrire sur le site

Pour vous inscrire sur le site, il faut :

  1. cliquer sur le mot connexion en rouge situé sous l'intitulé du site "Le forum de Brassens et de ses poètes". Au centre trois onglets apparaissent.
  2. cliquer sur le deuxième onglet intitulé "je veux m'enregistrer"
  3. saisir le formulaire d'enregistrement
    • les informations obligatoires sont marquées d'une étoile rouge.
    • il faut choisir un ou plusieurs groupes pour en devenir membre
    • être membre d'un groupe donne la possibilité de poster un message dans le forum correspondant
  4. vous allez recevoir par la suite un e-mail à l'adresse que vous avez renseignée dans le formulaire
  5. un lien dans ce mail reçu vous permet de confirmer votre inscription
  6. en parallèle l'administrateur du(des) forum(des) choisi(s) est informé de votre inscription

Les forums que vous aurez choisis lors de l'inscription seront accessibles en lecture et en écriture (via agrément du modérateur)

Les forums non choisis lors de l'inscription seront uniquement accessibles en lecture

A bientôt et bon partage sur nos forums

Connexion au site pour accéder à un contenu plus fourni

Important

Se connecter au site permet d'avoir accès à un contenu beaucoup plus large et à d'avantage de fonctionnalités.

Alors n'hésitez pas à vous inscrire si ce n'est pas déjà fait et n'oubliez pas de vous connecter avec votre identifiant et votre mot de passe.

Pour cela appuyer sur Connexion sous la Photo de Georges dans le bandeau du haut à gauche.

Vous y trouverez les articles de JP, les émissions Jardins d'Isis et Traces de Lumières. Vous pourrez participez au débats des forums.

Pour se faire aider aller voir les aides (Faq) ici http://www.georgesbrassens-gb.eu/index.php?tg=faq&idx=Print&item=1

 

La Guitare est venue

La Guitare est venue

https://img11.hostingpics.net/pics/821690LaGuitareestvenue02.jpg

 

La guitare est venue occuper mes deux mains,

Demoiselle de bois en quête de refrains,

Et mes gestes précis, sur elle, font gratouille,

Thérapie ou travail, j'ai les doigts en vadrouille ...

 

La guitare est passion, emprise dans mes bras,

Imposant ses accords, eux, pas toujours "extra"...

Moi, assise ou penchée, heureuse quand j'arrive

A bien la taquiner et que rien ne m'en prive.

 

La guitare m'enchante...  elle me fait chanter,

Elle m'offre un parcours dans son monde envoûté...

Musicienne modeste et pourtant assidue,

Je m'arpège de joie en notes répandues...

 

La guitare aujourd'hui est là tout près d'un banc

Exigeante  et tendue en cordes de hauban,

Avec mes durillons  vais-je y laisser des traces

Pour un air bien joué et que je me surpasse ?

 

La guitare est amie accolée à mon coeur,

Et au diapason, résonne comme un choeur,

De Lenon à Brassens, Cabrel, enfin moi, "Line",

Elle met du velours sur ma voix cristaline...

 

(Septembre 2017) pour ma fille.

JP F.

 

Emission Traces de lumière du 25 Septembre 2017 : Alain Mabanckou

Les arbres aussi versent des larmes.

Alain Mabanckou est un écrivain et enseignant franco-congolais né à Pointe-Noire (République du Congo) le 24 février 1966. 
Alain Mabanckou passe son enfance dans la ville côtière de Pointe-Noire où il obtient un baccalauréat en Lettres et Philosophie au Lycée Karl-Marx. Il s’oriente alors vers le droit, sa mère souhaitant qu’il devienne magistrat ou avocat. Après un premier cycle de droit privé à l’Université Marien-Ngouabi à Brazzaville, il obtient une bourse d’études et s’envole pour la France à l’âge de 22 ans, avec déjà quelques manuscrits dans ses affaires, des recueils de poèmes pour la plupart, qu’il commencera à publier trois ans plus tard.

Après un DEA de droit à l'Université de Paris-Dauphine, il travaille une dizaine d'années dans le groupe Suez-Lyonnaise des Eaux, mais se consacre de plus en plus à l'écriture avec la parution en 1998 de son premier roman Bleu-Blanc-Rouge qui lui vaut le Grand Prix Littéraire de l'Afrique noire. À partir de cette date, il ne cessera de publier avec régularité, aussi bien de la prose que de la poésie. C'est surtout le roman qui le révèle au grand public, avec notamment Verre cassé, unanimement salué par la presse, la critique et les lecteurs ; puis Mémoires de porc-épic qui lui vaut en 2006 l'obtention du Prix Renaudot. Les deux romans sont parus aux éditions du Seuil, respectivement en 2005 et en 2006. 

Écrivain en résidence en 2002, il enseigna la littérature francophone à Ann Arbor pendant trois ans avant d'être remarqué par l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) qui l'invite d'abord comme Visiting Professor en 2006 puis le nomme Professeur titulaire (Full Professor) de littérature francophone en 2007. Il vit aujourd'hui à Santa Monica, en Californie.

Ses œuvres sont traduites dans une quinzaine de langues dont l’anglais, l’américain, l’hébreu, le coréen, l’espagnol, le polonais, le catalan et l’italien. Verre cassé a fait l’objet de plusieurs adaptations théâtrales. 

En 2007 reparaissent les écrits poétiques d'Alain Mabanckou, chez Points-Seuil, sous le titre de Tant que les arbres s’enracineront dans la terre, ainsi que le livre qu’il consacre à l’écrivain James Baldwin, Lettre à Jimmy(Fayard), à l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de l’écrivain américain. En 2008 Alain Mabanckou a traduit de l'anglais au français le jeune prodige des lettres américaines, Uzodinma Iweala, d'origine nigériane, auteur de Beasts of no nation, (Bêtes sans patrie, Éd. de L'Olivier).

Le roman Black Bazar, paru aux Éditions du Seuil le 8 janvier 2009 a été classé parmi les 20 meilleures ventes de livres en France  dans les listes de L'Express, du Nouvel Observateur et de Livres Hebdo. Demain j'aurai vingt ans, roman paru en 2010 marque son entrée dans la collection Blanche des éditions Gallimard. Cette œuvre a été couronnée par le Prix Georges Brassens 2010.

Dans un entretien de 2009 avec Evene.fr, il souligne que « le danger pour l'écrivain noir est de s'enfermer dans sa "noirceur", comme dirait Frantz Fanon. Il ne s'agit pas de tomber dans le piège de l'affrontement basique entre la civilisation noire et blanche. L'autocritique est essentielle si l'on veut ensuite poser un regard juste sur le reste du monde ».
C'est ce qui se dégage dans son essai Le Sanglot de l'homme noir, paru chez Fayard en janvier 2012 et classé dans les meilleures ventes d'essais et documents (palmarès de L'Express et Tite-Live)

Après vingt-trois ans d’absence, Alain Mabanckou est retourné à Pointe-Noire, ville portuaire du Congo : l'écrivain évoque ce retour dans Lumières de Pointe-Noire, paru en janvier 2013 aux Editions du Seuil - Collection Fiction & Cie.

Petit Piment, roman paru en septembre 2015 aux éditions du Seuil, classé parmi les vingt meilleures ventes en France, a été sélectionné pour le prix Goncourt 2015 , finaliste pour le prix Goncourt des lycéens. Il a reçu le prix Liste Goncourt : le choix polonais 2015.
 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Emission Prélude du 25 Septembre 2017 : Gioacchino Rossini

L'italien à Alger

Gioacchino Rossini est un compositeur italien  né à Pesaro en 1792 et mort à  Paris en 1868.

Gioachino Rossini a profondément marqué l’histoire de l’opéra du XIXe siècle en menant à son apogée le bel canto à l'italienne : il pare l’opéra-bouffe d’airs énergiques et brillants dotés d’un naturel nouveau, et développe et innove l'écriture orchestrale en préparant ainsi l'éclosion du romantisme.

Doté d'un talent musical précoce, Gioacchino Rossini est élevé dans une famille de mélomanes; il apprend la musique notamment en lisant les partitions de Mozart ou Haydn. Il fait ses études au prestigieux Liceo Musicale de Bologne, alors qu’il possède déjà un très bon niveau en cor et en chant. Il y apprend le violoncelle, le piano, l'alto le contrepoint, et acquiert une grande maîtrise de l’instrumentation, de l’orchestration et de la structuration harmonique en travaillant très jeune déjà comme répetiteur au théâtre. Trois des opéras de Rossini sont créés avant son vingtième anniversaire, dont La Cambiale di Matrimonio. Demetrio e Polibio, écrit en 1810, correspond à sa première mise en scène d’opéra en 1812 ; représenté la même année, La Pietra del Paragone remporte un immense succès à laScala de Milan. A la suite de ces opéras-bouffes, il s’attelle à l’opera seria avec la création de Tancrede (1816) ; il fait évoluer le genre dansOtello (1816) et Semiramide (1823), en réussissant la parfaite synthèse des trois genres. Son chef-d’œuvre est Le Barbier de Séville, tout de suite reconnu comme tel lors de sa création en 1816. Rossini impose aussi un genre intermédiaire (déjà exploité par Mozart), l’opera semi-seria, auquel se rattachent La Cenerentola ou La Pie voleuse (1817).

Après un séjour très réussi à Paris (où il reviendra à la fin de sa vie) et la création de Guillaume Tell en 1829, Rossini arrête de composer pour la scène. Il se consacre alors à la musique religieuse, genre qui met tout aussi bien en valeur ses qualités musicales : le Stabat Mater (1841) et la Petite messe solennelle (1864) soulignent par leur clarté et leur profondeur d’écriture le talent du compositeur.

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Enfin Venise

Enfin Venise...

 

Que d'eau a dû couler sous les ponts de Venise,

De souhaits, de soupirs, pour cette île promise,

Avant qu'un gondolier sur nos deux coeurs charmés,

En la Sérénissime, ait  - pour nous -  à ramer...

Le Rialto sur l'ode est d'une allure exquise,

Ahurissant cliché, l'âme se latinise :

Ce voyage prévu et enfin programmé,

D'un vieux couple attendri, par l'ardeur, animé...

 

Vérone en Italie, ici comme à Venise,

Le romantisme est loi, la passion est devise,

Le bonheur des amants qui est âpre à clamer,

A l'amour à la mort quand il est proclamé.

Où Juliette en statue a les seins qui reluisent,

Son buste caressé par tant de mains éprises,

Son balcon, les baisers du Roméo aimé,

Des serments pleins les murs de destins enflammés...

 

Et que le lac de Garde en ses reflets nous disent :

De vivre nos plaisirs, et s'ils se fragilisent,

Que Verdi, Vivaldi sachent nous promener

Sur la Carte du Tendre avec nos yeux fermés...

Que l'illusion d'y croire et puisqu'elle est de mise,

La flèche à Cupidon tirée avec maîtrise

Demeure un flux de joie et... toujours consommé

Devant l'éternité encore à consumer !

 

Qu'à "pas doux", Saint-Antoine, affairé, nous conduise

Vers l'art, vers la beauté et que se réalise

Notre rêve candide où brille, en résumé,

Des éclats de tendresse en projets assumés.

Commedia Dell'arte, tarentelle qui grise,

Romance transalpine et qui nous dépaysent,

Aux airs joyeux chantants ravis de s'exprimer

Subliment deux époux quelque peu transformés...

 

JP F. Sitting Bull (Septembre 2017)

Emission Prélude du 18 Septembre 2017 : le roi d'Ys d'Edouard Lalo

C'est tardivement, et à pas mesurés, qu'Édouard Lalo (1823-1892) aborde le genre lyrique, avec Fiesque tout d'abord – ouvrage présenté à un concours en 1867, et au public près d'un siècle et demi plus tard –, puis avec Le Roi d'Ys, créé avec succès à l'Opéra Comique, le 7 mai 1888. Jusque-là, le musicien a surtout fréquenté la musique de chambre : en effet, après l'étude du violon et du violoncelle amorcé dans sa région lilloise, un perfectionnement auprès de François Antoine Habenek (soliste réputé, futur directeur musical de La Juive, Robert le Diable ou Benvenuto Cellini), et l'initiation à la composition avec Julius Schulhoff (pianiste) et Joseph-Eugène Crèvecoeur (étudiant à peine plus âgé que lui), Lalo intègre en 1855 l'un des premiers quatuors stables formés en France. Altiste tout d'abord, puis violoniste au sein du Quatuor Armingaud, il approfondit sa connaissance d'un répertoire allemand qu'il aime tant (Beethoven, Schubert, Mendelssohn, Schumann et Weber).

Après l'inspiration orientaliste du ballet Namouna – hué en 1882, bien que Debussy y reconnut une manière de chef-d'œuvre –, Le Roi d'Ys puise dans une ancienne légende bretonne les ingrédients de l'ouvrage romantique idéal : deux filles de roi amoureuses du même homme, la haine de la sœur délaissée pour sa rivale heureuse, son alliance avec le prince Karnac pour ruiner la cité, enfin l'inondation de cette dernière, qu'interrompt Saint Corentin après l'expiation de la coupable.

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Emission Traces de lumière du 18 Septembre 2017 : Jacques Prévert

Lumière d'homme

Jacques Prévert est un poète et scénariste français (04/02/1900 - 11/04/1977).

Auteur d'un premier succès, le recueil de poèmes, "Paroles", il devient un poète populaire grâce à son langage familier et à ses jeux sur les mots. Ses poèmes sont célèbres dans le monde francophone et appris dans les écoles françaises.

En 1925, il participe au mouvement surréaliste, il y rencontre Marcel Duhamel, Raymond Queneau, Yves Tanguy et André Breton. Jacques Prévert témoigne d'un engagement politique sincère. Surréaliste inclassable, certains observateurs n'hésitent pourtant pas à l'apparenter au courant libertaire. Cet engagement est à l'origine de belles réussites mais aussi d'échecs.

Jacques Prévert est le scénariste et dialoguiste de grands films français des années 1935-1945 : "Le Quai des brumes", "Le jour se lève", "Les Visiteurs du soir", "Les Enfants du paradis" et "Les Portes de la nuit" de Marcel Carné, "Le Crime de Monsieur Lange" de Jean Renoir, "Remorques et Lumière d'été" de Jean Grémillon.

Pendant la guerre, il protège ses amis juifs, le décorateur de cinéma Alexandre Trauner et le musicien Joseph Kosma qui, grâce à lui, peuvent poursuivre leur travail (Ses poèmes sont mis en musique par Kosma dès 1935).

Il écrit des pièces de théâtre. Sa fille Michèle naît en 1946. et il épouse Janine Tricotet en 1947. Le 12 octobre 1948, à Paris, il tombe d'une porte-fenêtre et reste plusieurs jours dans le coma. Le hasard a voulu que Pierre Bergé en ait été témoin, le jour même où celui-ci venait d'arriver pour la toute première fois dans la capitale alors qu'il se promenait sur les Champs-Élysées.

A Paris, il habite dans le quartier de Montmartre, derrière le Moulin Rouge, sur le même palier que Boris Vian. Après la résiliation du bail de sa résidence secondaire d'Antibes, il achète une maison en 1971 à Omonville-la-Petite, dans la Manche. Il y mourra d'un cancer du poumon. Il est enterré au cimetière de cette commune aux côtés de sa femme et de sa fille.

Dans cette émission nous serons présentrés des poèmes de Jacques prévert chantés

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements dans l'Agenda

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Nos liens favoris

Septembre 2017  S.39

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire