Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Emissions Prélude

Emission Prélude du 25 Septembre 2017 : Gioacchino Rossini

L'italienne à Alger

Gioacchino Rossini est un compositeur italien  né à Pesaro en 1792 et mort à  Paris en 1868.

Gioachino Rossini a profondément marqué l’histoire de l’opéra du XIXe siècle en menant à son apogée le bel canto à l'italienne : il pare l’opéra-bouffe d’airs énergiques et brillants dotés d’un naturel nouveau, et développe et innove l'écriture orchestrale en préparant ainsi l'éclosion du romantisme.

Doté d'un talent musical précoce, Gioacchino Rossini est élevé dans une famille de mélomanes; il apprend la musique notamment en lisant les partitions de Mozart ou Haydn. Il fait ses études au prestigieux Liceo Musicale de Bologne, alors qu’il possède déjà un très bon niveau en cor et en chant. Il y apprend le violoncelle, le piano, l'alto le contrepoint, et acquiert une grande maîtrise de l’instrumentation, de l’orchestration et de la structuration harmonique en travaillant très jeune déjà comme répetiteur au théâtre. Trois des opéras de Rossini sont créés avant son vingtième anniversaire, dont La Cambiale di Matrimonio. Demetrio e Polibio, écrit en 1810, correspond à sa première mise en scène d’opéra en 1812 ; représenté la même année, La Pietra del Paragone remporte un immense succès à laScala de Milan. A la suite de ces opéras-bouffes, il s’attelle à l’opera seria avec la création de Tancrede (1816) ; il fait évoluer le genre dansOtello (1816) et Semiramide (1823), en réussissant la parfaite synthèse des trois genres. Son chef-d’œuvre est Le Barbier de Séville, tout de suite reconnu comme tel lors de sa création en 1816. Rossini impose aussi un genre intermédiaire (déjà exploité par Mozart), l’opera semi-seria, auquel se rattachent La Cenerentola ou La Pie voleuse (1817).

Après un séjour très réussi à Paris (où il reviendra à la fin de sa vie) et la création de Guillaume Tell en 1829, Rossini arrête de composer pour la scène. Il se consacre alors à la musique religieuse, genre qui met tout aussi bien en valeur ses qualités musicales : le Stabat Mater (1841) et la Petite messe solennelle (1864) soulignent par leur clarté et leur profondeur d’écriture le talent du compositeur.

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

   Impression Impression   

Commentaires:
L'italienne à Alger
Christian MALAPLATE | 26 Septembre 2017 06:38

L'Italienne à Alger
Composé en 27 jours par un Gioachino Rossini de 21 ans, sur un livret d’Angelo Anelli, L’Italienne à Alger fut acclamé dès sa création, en 1813, au Teatro San Benedetto de Venise. Depuis deux siècles le succès ne se dément pas. Il faut dire que ce dramma giocoso* libère une joyeuse folie dramaturgique et musicale, où s’enchaînent des numéros jubilatoires. L’intrigue qui se joue des conventions invite à une fête sans cesse renouvelée ! Jugez plutôt : las de son épouse Elvira, Mustafà, bey d’Alger, ordonne à son capitaine des corsaires de lui dénicher une de ces Italiennes dont on vante tant les charmes. Ceci fait, il a prévu de marier son encombrante femme à Lindoro, jeune esclave italien qu’il retient en son palais. Le hasard fait échouer sur le littoral tout proche le navire d’Isabella, alors en quête de son fiancé disparu… Lindoro ! Celle-ci est amenée de force par les corsaires à Mustafà, immédiatement conquis par sa beauté. Mais, le plan du tyran ne se déroule pas comme prévu. Isabella use de son magnétisme pour le mener par le bout du nez. On retrouve dans L’Italienne à Alger l’idée du mariage impossible, de l’enlèvement... Sauf qu’ici, c’est le jeune homme qui est délivré par sa belle ! Ceux qui ont assisté à notre version du Barbier de Séville le savent : derrière un grand divertissement on trouve souvent une satire du pouvoir. propre de Rossini est de faire rire et réfléchir en musique. Et quelle musique ! Le « cygne de Pesaro » a donné à l’opéra-bouffe toute la virtuosité propre à l’opera seria. Ses arias et cavatines forçaient l’admiration de Balzac ou Stendhal (qui louait cette « folie organisée et complète »). L’Italienne… exprime aussi l’attrait de l’Orient qui, depuis le xviie siècle, fascine et inquiète. Des « turqueries » que traduit Rossini via une instrumentation spécifique, telles les percussions de la banda turca. Cette création de l’Atelier Lyrique cultive, dans une mise en scène sans modernisme et tout en bel canto, l’exotisme originel du son, pour rendre cet Orient imaginaire à sa loufoquerie.



Dans le même thème d'articles:
Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements Brassens dans l'Agenda

Mar:  Agenda Evènements

Avr :  Agenda Evènements

Mai :  Agenda Evènements

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Nos liens favoris

Avril 2018  S.16

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire