Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Emissions Prélude

Emission Prélude du 19 Février 2018 : Maurice Ravel, Daphnis et Chloé

Maurice Ravel est un compositeur et chef d'orchestre français (Ciboure 1875 – Paris 1937).

Homme à la personnalité indépendante et énigmatique, Maurice Ravel laisse une oeuvre qui se situe à la charnière entre le XIXe et le XXe siècle, temps des querelles entre modernistes et traditionalistes, entre l’avenir et le passé.

Maurice Ravel se tient à la fois à l’écart de la révolution portée par Schönberget de l’académisme de la Schola Cantorum. Son audace ainsi que son admiration pour Satie, lui vaut une forte réprobation de ces milieux qui lui coûte notamment des échecs successifs au Concours de Rome.

Souvent comparé à Debussy, avec lequel il partage cette utilisation de l’harmonie comme une couleur, avec des dissonances non résolues, il s’en distingue par une écriture pianistique très novatrice et une maîtrise de l’orchestration hors du commun.

Fauré, qui fut son professeur de composition, et un ami cher, qualifia son travail d’une "sincérité désarmante". Son œuvre peut être qualifiée d’éclectique, au vu des sources variées de ses inspirations : Couperin, Rameau, admirateur de Mozart, Saint Saëns. Ravel est aussi fasciné par la musique noire américaine comme le jazz et le blues, et imprégné de musique hispanique (sa mère est d'origine espagnole).

Dans un catalogue de 111 œuvres, Maurice Ravel nous a laissé une grande majorité de chefs d’œuvre mondialement reconnus qui font de lui l’*un des plus grands compositeurs français du XXème siècle.

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

   Impression Impression   

Commentaires:
RAVEL
Christian MALAPLATE | 04 Mars 2018 09:53

Daphnis et Chloé de Maurice RAVEL – mais avant je vous propose d’écouter Pavane pour une infante défunte de Maurice RAVEL

 

Après le triomphe à Paris de la première saison de ses Ballets Russes, Serge Diaghilev (1872-1929) souhaita pour l'avenir s'assurer la collaboration de jeunes compositeurs d'avant-garde et passa en 1909 plusieurs commandes pour sa troupe.

L 'un des artistes à avoir été contacté fut un jeune musicien pratiquement inconnu, Igor Stravinsky (1882-1971), que la Première de son Oiseau de Feu propulsa au rang de célébrité internationale, le second, Maurice Ravel (1875-1937), de sept ans son aîné, allait écrire pour l'occasion Daphnis et Chloé, une partition considérée comme son chef d'œuvre.

L'intrigue s'inspire du roman Daphnis et Chloé écrit au IIIème siècle par l'auteur grec Longus dont une première traduction française fut donnée en 1559 par l'évêque Jacques Amyot (1513-1593). Celui-ci ayant toutefois omis un certain passage qu'il avait jugé trop érotique c'est l'hélleniste Paul-Louis Courier (1772-1825) qui, après avoir découvert en 1809 à Florence un exemplaire intégral du roman dans la bibliothèque laurentienne, en donna la traduction complète: Fortement inspirée par la poésie bucolique et les Idylles de Théocrite (315-250 av. J.C.), l'œuvre qui a pour cadre l'ile de Lesbos relate les aventures de deux enfants trouvés, Daphnis, un jeune chevrier, et Chloé, une bergère, qui s'éprennent l'un de l'autre, mais dont les amours sont contrariées par de multiples rebondissements. Au travers de ces nombreuses péripéties il s'agit surtout avant tout de la description d'une éducation sentimentale, et l'histoire se conclue sur une fin heureuse puisque chacun retrouve ses véritables parents et le mariage peut enfin être célébré.  

Tandis que le chevrier Dorcon tente de s'attirer les bonnes grâces de Chloé sans succès, Lycénion, la séductrice, n'a en définitive pas plus de chance avec Daphnis même si elle réussit à le mystifier un moment... Car, comme on l'aura compris, ces deux jeunes gens sont très épris l'un de l'autre... Chloé est plus belle que toutes les nymphes réunies, ce qui n'est pas une sinécure car des pirates font soudain irruption et l'enlèvent dans le désarroi-général.


A la nuit tombée, les trois nymphes sacrées descendues de leur piédestal découvrent après avoir exécuté une danse mystérieuse, l'infortuné Daphnis en larmes. Elles invoquent alors en son nom le secours du dieu Pan qui se manifeste (apparition sonore matérialisée par une machine à vent) et devant lequel Daphnis se prosterne en implorant le retour de Chloé.

La deuxième scène du ballet a pour cadre le camp des pirates qui arrivent nuitamment, éclairés par des torches, accompagnés de Chloé et de leur butin. Après l'exécution d'une danse sauvage du genre guerrier, leur chef Bryaxis ordonne que la captive, les mains liées, implore sa clémence, et cette dernière après s'être exécutée tente d'échapper à ses ravisseurs mais hélas sans succès. C'est alors que l'atmosphère se fait soudain étrange: De petits feux sont allumés par des mains invisibles et plusieurs satyres envoyés par Pan entrent en scène et encerclent les pirates qui, dispersés par l'arrivée de Pan en personne, prennent la fuite. Quand à Chloé, elle apparait alors libérée de ses liens et auréolée d'une couronne lumineuse. Le décor de la dernière scène ramène le spectateur dans la prairie initiale, à l'aube naissante, au milieu des chants d'oiseaux. Les bergers arrivent avec leurs troupeaux, et après avoir réveillé Daphnis qui sommeille encore ils se remettent avec inquiétude à la recherche de Chloé qui apparait soudain... Après la joie des retrouvailles, les amoureux miment la légende de Pan et de Syrinx, car le vieux berger Lamon leur a expliqué que si Pan a sauvé Chloé c'est en mémoire de la nymphe Syrinx qu'il avait aimée. S'ensuit alors un sacrifice sur l'autel de Pan, après quoi bergers et bergères retournent célébrer dignement l'amour vainqueur dans une bacchanale endiablée. Maurice RAVEL dans Esquisses Autobiographiques écrit : "La musique peut tout entreprendre, tout oser et tout peindre, pourvu qu'elle charme et reste enfin et toujours de la musique". Je vous invite à écouter Daphnis et Chloé suite no-2 avec chœurs – Lever du jour -Pantomime- Danse générale –

Le poème chorégraphique La Valse de Maurice RAVEL pour orchestre est dédié à son amie Misia Sert, pianiste et égérie de nombreux peintres, poètes et musiciens du début du XXe siècle. L'œuvre est composée en Ardèche chez son ami André-Ferdinand Hérold(écrivain français, 1865-1940) chez qui il restera pendant les années 1919 et 1920. La version de base est écrite pour piano seul. Elle est déclinée en une version pour deux pianos et une version pour orchestre.

L’œuvre s'ouvre sur une introduction mystérieuse, lointaine et énigmatique (contrebasses et violoncelles + motifs au basson). De celle-ci va progressivement émerger un thème (aux cordes) qui structure une première valse, de caractère joyeux, dansant et tourbillonnant. S'ensuit une deuxième valse, plus légère et chantante entonnée par le hautbois. Rebondissement dans le discours par l'apparition des cuivres et des percussions qui donnent un nouveau regain.


Des lignes chromatiques se succèdent à différents instruments (effets de couleur intéressants) pour déboucher sur un nouveau moment coloré par le hautbois et la clarinette en alternance. Une grande descente amorcée par le piccolo se transmet progressivement à tous les instruments, jusqu'aux plus graves par un jeu de mélodie de timbre.


Les cordes graves reprennent un thème, puis le discours s'agite, atteint un paroxysme et se retrouve suspendu…

2e partie

On retrouve soudain le climat sombre du début, beaucoup plus menaçant et très contrastant avec ce que l'on vient d'entendre. De là s'enchaînent de multiples idées musicales, prises dans un flot musical incessant et inéluctable. Ravel utilise toute la palette orchestrale pour créer des rebonds, pour redynamiser toujours et encore son discours musical. La fin est retentissante et illustre l'idée d'une machine de guerre lancée, qu'on ne peut plus arrêter. À grands renforts de percussions, l'orchestre atteint une frénésie inimaginable. Le dernier accord nous laisse ébahis et essoufflés à la suite de cette course effrénée. Tout s'arrête net. Le silence nous laisse abasourdis, hébétés par tant de violence et de tragédie. La valse, à l'image de toute une civilisation romantique s'est auto-détruite et nous a plongés dans le néant.

 

La Rapsodie espagnole est une suite pour orchestre composée par Maurice Ravel en 1907.

Ravel a subi une influence hispanique par sa mère, d'origine basque, qui lui chantait souvent des mélodies de son pays. Cette inspiration se retrouve pendant toute la période créatrice du musicien (Pavane pour une infante défunte, L'Heure espagnole, Boléro, etc- La Rapsodie espagnole compte quatre parties et son exécution dure environ un quart d'heure. La seconde partie est une danse, proche du fandango, issue du folklore de Malaga. La Habanera est une reprise orchestrale d'une pièce pour deux pianos composée en 1895 et qui appartenait aux Sites auriculaires. La rapsodie espagnole de Maurice RAVEL

 



Dans le même thème d'articles:
Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements Brassens dans l'Agenda

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Atahualpa Yupanqui

Nos liens favoris

Novembre 2018  S.46

L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire