Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Emissions Traces de Lumière

Traces de lumière du 02 Avril 2018 : Charles Baudelaire

Les tourments de l'âme et les fleurs maladives.

Né à Paris le 09/04/1821 et  Mort à Paris le 31/08/1867, grand poète du XIXème siècle, Charles Baudelaire est connu pour sa vie de bohème. Auteur torturé, il publia de son vivant une seule œuvre, les Fleurs du Mal. Ce recueil de poèmes fut condamné et censuré à sa sortie, car trop choquant pour la morale bourgeoise, avant de passer à la postérité. Baudelaire y met en lumière la dualité entre la violence et la volupté, le bien et le mal, la laideur et la beauté, l’enfer et le ciel.

Charles Baudelaire, orphelin de père à 6 ans, n'accepte pas le remariage de sa mère avec le général Aupick et restera toujours opposé à ce militaire et aux valeurs bourgeoises qu'il incarne. Destiné à faire des études de droit, il est renvoyé du lycée Louis le Grand pour son attitude rebelle à l'autorité. Après avoir obtenu le baccalauréat, il choisit une vie de bohème dans le Quartier Latin.

En 1841, sa famille l'incite à embarquer sur un paquebot pour les Indes. De ce voyage qu'il écourte avant son terme à l'île Maurice, il gardera de multiples impressions qui l'inspireront dans certaines de ses oeuvres (L'Albatros, Parfum exotique, etc.). 

De retour à Paris en 1842, Charles Baudelaire mène une vie dissolue et commence à dilapider l'héritage qu'il reçoit de son père à sa majorité. Ayant été mis sous conseil judiciaire par sa famille, il devient, pour vivre, journaliste et critique d'art. Il admire les oeuvres d'Eugène Delacroix et d'Edgar Poe dont il traduit des oeuvres. Il commence alors à écrire des poèmes qu'il publie dans des revues mais qui rencontrent peu d'écho auprès du public. En 1848, il s'engage aux côtés des républicains, mais ses ardeurs révolutionnaires s'éteignent rapidement avec ses lectures de l'écrivain et philosophe contre-révolutionnaire, Joseph de Maistre (1753-1821).

En 1857, Charles Baudelaire publie son oeuvre majeure, le recueil de poèmes, "Les Fleurs du Mal". L'ouvrage est condamné "pour outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs". Avec son éditeur, Baudelaire doit payer une lourde amende et supprimer certains passages. En 1860, il publie Les Paradis Artificiels, puis l'année suivante une nouvelle version des "Fleurs du Mal", expurgée des six poèmes litigieux. Ce n'est qu'en 1949 que la justice réhabilitera "Les Fleurs du mal".

Le poète séjourne en Belgique de 1864 à 1866 pour fuir ses dettes et y donner des conférences. Atteint de syphilis, d'hémiplégie et d'aphasie, il est ramené par sa mère à Paris où il meurt l'année suivante de la syphilis et des conséquence de l'abus d'alcool et de drogues. Il est inhumé au cimetière Montparnasse.

Héritière de la tradition classique et du romantisme, la poésie de Charles Baudelaire annonce la modernité et fait de lui un précurseur du symbolisme, puis plus tard du surréalisme. Poète torturé et considéré comme maudit, il décrit la dualité entre le bien et le mal, la volupté et la violence, la beauté et la laideur. Non reconnu de son vivant, il ne passe à la postérité qu'après sa mort.

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

   Impression Impression   

Commentaires:
BAUDELAIRE
Christian MALAPLATE | 04 Avril 2018 07:56

La plupart des thèmes de BAUDELAIRE appartiennent au nocturne à la tristesse, à la    douleur, au désespoir, à l’angoisse, à la cruauté et représentent l’univers du romantisme, et pourtant de ces noirceurs le poète compose un diadème éblouissant et clair. Des cris de souffrance, de peur, de désir ou de haine, il sait tirer la plus suave musique. Il est bien l’âme sainte et le parfait chimiste, qui de la nuit du mal fait jaillir l’aurore de la beauté.

Pour conclure sur Charles BAUDELAIRE, je dirai que nous sommes bouleversés par cette alliance intime qui caractérise Les Fleurs du mal entre l’évocation voluptueuse du monde et le dépaysement fondamental de l’âme, par cette façon unique qu’ont ces poèmes d’exprimer l’entière saveur des sensations et d’élever cette perception de la vie à des visions où chaque image offre un double sens : l’un matériel, l’autre immatériel. Ce langage des fleurs et des choses muettes : c’est bien cette langue oubliée résonnant au plus profond de notre silence intérieur, qui est pour BAUDELAIRE la poésie même et qui continue à nous exalter et à nous envoûter par sa double magie : celle de la vision et celle de la voix.

BAUDELAIRE est le poète du combat contre le néant. Son livre est missel de l’agonie, et elle dure aussi longtemps que la vie, autant que conscience de l’homme. Quel poète à jamais eu une telle audace ?  Une vue aussi profonde sur notre humanité, un corps à corps si intime avec le temps et la durée ?

Fleurs du mal, qu’est-ce donc que le mal ? Le siècle, le monde et pour l’homme, conscience du monde, la vie.

Pourquoi BAUDELAIRE est-il si profondément de son temps et si fort contre lui ? Pourquoi en a-t-il si pleinement les goûts, les passions, les misères, puisqu’il en a l’horreur et le mépris ? Ou pourquoi le mépris des erreurs qu’il partage ? On se demande s’il déteste ou s’il aime ce qui l’offense le plus ? C’est justement qu’il est à la fois le jardin du Mal avec les Fleurs qui s’y épanouissent et le voyageur d’outre-monde qui les contemple, qui les respire, qui les condamne et qui les cueille.

BAUDELAIRE écrit : Mon double est en cause : ici, une volupté ; et là, mon remords ; ici, celui qui est, sans l’avoir voulu ; et là, celui qui ne veut pas être ; ici, la vie maudite et perdue ; là, l’éternel élan au salut et bien moins, que le souvenir de la rédemption.

BAUDELAIRE polit son vers et le repolit, jusqu’à ce qu’il ait uni tout à fait la matière ; toutefois goût suprême, il n’en efface pas les arêtes ; il en fait jaillir les coutures : d’où cette énergie unique.

BAUDELAIRE court les déserts, les mers, les oasis, les tropiques ; BAUDELAIRE s’efface de BAUDELAIRE et s’incarne à ce qu’il découvre, et il y porte tant de passion, qu’il le chante. Il est la source du grand, de l’inépuisable exotisme : le voyage en esprit. Ses Indes sont celles de l’imagination passionnée, de l’inquiétude créatrice. Le poète en voyage donne l’émotion de la vie et de la nature inconnue où le voyageur se quitte lui-même et se renouvelle. Il ne change sans doute pas d’esprit, mais c’est une vision nouvelle de son âme qu’il présente. Elle est tropicale, elle est africaine, elle est noire, elle est esclave. Voilà de vrais pays, une Afrique réelle et des Indes authentiques.

BAUDELAIRE est épris de musique comme personne avant lui, dans la poésie française. Il était musicien dans l’âme, sans pratiquer la musique ni s’y bien la connaître. Mais il a l’instinct de l’art sonore, que ne donne toujours une science exacte. Il a surtout le tact du chef-d’œuvre : il est celui qui ne se trompe pas.

Le poème en vers de BAUDELAIRE part d’une image et d’une pensée, pour voler du bond le plus vite à l’émotion. Tout est bref, rapide, essentiel ; et pourtant, chacune de ces pièces lyriques est un petit monde de sens, de couleur, de musique et de passion. Chacune est une pièce précieuse, ajoutée au trésor de la vie ardente : un moment qui ne doit pas finir. Ainsi se fait la vie éternelle.

Les vers de BAUDELAIRE font de la pièce la plus brève un grand poème par la longueur d’onde de la palpitation.



Dans le même thème d'articles:
Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements Brassens dans l'Agenda

Mar:  Agenda Evènements

Avr :  Agenda Evènements

Mai :  Agenda Evènements

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Nos liens favoris

Avril 2018  S.16

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire