Liste des commentaires
SCRIABINE
Christian MALAPLATE | 04 Mars 2018 09:39

Alexandre SCIRABINE Poème de l’extase

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le poème de l’extase d’Alexandre SCRIABINE a été créé à New-York le 14 mars 1907 – Le compositeur en rédigea lui-même le texte de programme, - où s’expriment ses idées messianiques sur l’identification entre l’homme créateur et la conscience divine universelle. Le poème avait été publié dans une revue russe. Ce poème contient un nombre important de thèmes caractéristiques, qui correspondent chacun à une idée (thème de langueur, thème de la Volonté, thème de l’Envol, thème de l’Affirmation)- Avant d’écouter le Poème de l’extase de SCRIABINE voici la fin de ce long poème écrit par le compositeur -

-lecture voir pages 131 à 135

 

Prométhée ou le Poème du Feu est l’opus 60 d’Alexandre SCRIABINE composé de 1908 à 1910. L’œuvre d’un genre intermédiaire entre le poème symphonique et le concerto pour piano post-romantique est fondatrice de la modernité musicale. La partition écrite pour grand orchestre, piano et chœur mixte présente la particularité d’une portée (dominant tous les instruments) nommée Luce pour clavier à lumière proposant accompagnement de projections colorées. C’est le premier son et lumière. S’inspirant du spectre lumineux, SCRIABINE avait arrêté un schéma des rapports entre sons et couleurs obéissant à ses expériences synesthésiques et au cycle des quintes.

 

La Symphonie en do mineur op. 43 « Le divin Poème » est la dernière des trois symphonies écrites par Alexandre Scriabine. Cette symphonie a été écrite entre 1903 et 1904, soit deux ans après sa deuxième symphonie. Elle fut créée à Paris le 29 mai 1905 par l’Orchestre Colonne. Elle se compose de trois mouvements et son exécution demande environ cinquante minutes.

  1. Introduction et Luttes : allegro, mystérieux, tragique-sombre, haletant, précipité
  2. Voluptés : lento, sublime-vivo, divin essai
  3. Jeu divin : allegro, avec une joie éclatante

Les mouvements se sont unis par le motif de l’affirmation présenté pour la première fois dans l’introduction brève en mode mineur et d’un caractère sombre. L'œuvre repose sur un programme censé décrire l'évolution, en trois étapes, de l'âme humaine : lutte libératoire, plaisir et joie de la liberté retrouvée[2]. Scriabine attache beaucoup d’importance à cet œuvre, le considérant le manifeste de sa doctrine religieux et philosophique.

Voici le troisième mouvement jeu divin allegro de la symphonie no-3 apus 43 Le divin poème d’Alexandre SCRIABINE