Liste des commentaires
MOZART
Christian MALAPLATE | 24 Avril 2017 19:01

MOZART composa La Flûte enchantée à la fin du 18ième siècle, juste au moment où éclatait en France la Révolution de 1789. C’était la période des idées nouvelles qui agitaient toute l’Europe. Sensible aux idées nouvelles MOZART mettra dans cet opéra le goût de la liberté, de la justice, de la science et la notion de l’égalité des hommes. Pour beaucoup de musicologues les personnages de La Flûte enchantée sont très représentatifs :

La Reine de la nuit représente le passé, l’obscurantisme. Elle règne grâce à la terreur qu’elle provoque ; elle est inaccessible comme les rois et les tyrans.

Papageno, c’est le peuple, simple, apeuré, un peu vil, un peu laid, tel qu’on le voyait alors, il sert la Reine et s’humilie en la servant.

Pamina, c’est l’espérance, la jeunesse ; née de la Nuit elle doit lui être ravie.

Tamino, représente : l’amour, l’audace, la force, l’intelligence. Armé par la Nuit pour la servir, il se détournera d’elle, grâce à la flute enchantée, instrument de connaissance. Il conduira à ses côtés Papageno  vers le bonheur.

Monostatos, représente la brutalité aveugle au service du mal. C’est la passion qui mène tout droit à la mort.

Sarastro, c’est l’esprit de raison, c’est l’homme qui souhaite les épreuves pour les vaincre. C’est celui qui lutte contre l’obscurité des idées, les superstitions, les maléfices. C’est celui qui fait triompher la lumière contre la nuit.



MOZART
Christian MALAPLATE | 24 Avril 2017 18:47

La Flûte enchantée de Wolfgang Amadeus MOZART texte de Lucien ADES dit par Claude RICH avec Jean-Pierre GRANVAL – Anna GAYLOR – Georges COSTE -  Extraits musicaux de l’œuvre – Orchestre symphonique de Berlin direction Ferenc FRICSAY



MOZART
Christian MALAPLATE | 24 Avril 2017 18:41

Pourquoi j’aime MOZART ?

Parce que toute la musique de MOZART ne dit qu’une chose : la liberté fondamentale de l’amour. Mais aussi savoir transcender la souffrance.

MOZART explore ce qui en nous échappe au langage, ces replis secrets de l’âme où les contraires se rejoignent, où la joie est en même temps douleur et le rire une manière de larmes.

Le génie de MOZART est uniquement le bonheur de la forme, la clarté de l’inspiration, la perfection dramatique. Sa musique est la preuve vivante d’un éternel et vif besoin d’amour. Ses airs d’opéra sont des illustrations vivantes des sentiments puissants et totalement sublimées. Tout ce qu’il a vu et vécu : MOZART l’a mis dans sa musique.