Liste des commentaires
Le Temps des Cerises
JP_ FASSBENDER | 28 Juin 2017 22:37

"Le Temps des Cerises"... 

Un cerisier, celui du voisin où penchent des branches chez moi : « C’est pour vous ! » me dit mon concitoyen. 
Et donc je les récolte, les fruits qui ne me sont pas défendus.
Cerises bien mûres, juteuses juste à point, partage de bon aloi, nous sommes le 25 juin et je repense à Philippe Petit qui nous quittait, il y a un an. 
Je me remémore aussi le départ de « Gibraltar » (Pierre Onténiente, homme de confiance de Brassens) d’un 18 juin, il y a quelques années déjà.

Le Temps des cerises nous annonce l’été, le soleil, la joie, les vacances. Philippe a pris congé de nous depuis 12 mois pour aller faire du pédalo avec « Tonton Georges » (et d’autres), dans les rêves. 
Comment ne pas se rappeler de ce brave homme. 

Tristes, certes, de son absence, mais heureux de l’avoir connu.



hommage Philippe
Christian MALAPLATE | 25 Janvier 2017 10:01

Merci Jean-Pierre pour ce bel hommage à notre cher Philippe-

 

A PHILIPPE 

 mon  ami, mon frère en poésie,

C’est toujours triste un ami qui s’en va,

Surtout quand le départ est improvisé.

Il reste toujours quelques belles paroles

Pour supporter une si longue absence.

 

La vie est en perpétuelle résonance dans l’écrit comme dans l’écho de l’oralité..

Le forum s’ouvre sur des traces de lumière et sur des feuilles de route.

Quelle que soit la couleur des nuages qui longent l’horizon

Tout porte sur la force du vent et les voiles déployées.

 

Au sommet du Mont Saint-Michel, les cendres de l’ami s’éparpillent.

Victor Hugo et Jean Jaurés ne sont pas loin.

Entre poésie et philosophie la musique donne une nervure à notre voix intérieure.

Et la chanson à textes appelle les hommes à plus de fraternité et de liberté.

 

Les jours se sont écoulés avec la lumière dans la peau des mots.

L’aventure d’une vie c’est aller vers des terres et des cultures lointaines.

Pèlerin de l’amour qui fait halte dans la symbolique des lieux.

Et dans l’infini des nuits il y a la contemplation de l’âme de la terre.

 

 

Christian Malaplate / CHAPELLE SAINT-MARTIN 26 juin 2016

 

 



Philippe Vaison-la-Romaine avril 2016
JP_ FASSBENDER | 24 Janvier 2017 21:52

Fin avril 2016

Au Village de Vacances de Vaison-la-Romaine, sans prétention, mais de qualité, croyez-moi, dans le cadre du Festival Georges Brassens, une après-midi prévue avec des chansons de Jacques Brel dans la petite salle de spectacle où se suivent divers chanteurs dans une ambiance recueillie et chaleureuse…

Nous nous installons, mon épouse et moi, tout en haut des gradins afin que ma dulcinée puisse reposer son dos souffrant sur le mur du fond… et par la force des choses, à côté de Philippe Petit et de tout son attirail vidéo portable sur un trépied imbriqué entre deux rangées de gradins.
L’homme au bob sur ta tête et attifé d’un gilet de pêcheur (car de nombreuses poches pour y loger cartes mémoire, fiches et bidules divers), tantôt salué par les festivaliers  très cools, tantôt boudés par des esprits un tantinet plus chagrin qui s’affairent en enjambées rocambolesques pour contourner son piédestal de captation savamment incrusté sur un quart de m2, "Phiphi", vous vous en doutez, était d’une imperturbable sérénité.

Pour nous deux, la présence du couple Martine-Philippe, c’est le ravissement des retrouvailles excepté le fait que ma chère Marie José, placée à côté de l’imposant Adégiste, n’ose croiser les jambes de peur de faire écrouler son mirador audio-visuel.

Spectacle excellent, les bravos sonores du "technicien- ami" ne manquent de nous décoller les oreilles par intermittence.


Une charmante dame du type asiate se présente à lui, avec la moue légèrement dépitée, le temps d’une remise à niveau  sur scène du son et du raccordement des instruments musicaux pour un artiste suivant.

-  Pardon Monsieur, vous filmez le spectacle ?... Je suis journaliste pour France Bleue et ma collègue pour des raisons techniques n’a pu capter  le spectacle.  A tout hasard, puis-je vous acheter une copie de votre travail ?…

-  Je ne vends pas, Madame. Je rends service bien amicalement aux organisateurs et j’enregistre pour mon propre plaisir. Pas question de me faire du fric d’une quelconque manière.


Philippe Petit était visiblement embêté et ne désirait pas donner aussi facilement son labeur à une quelconque journaliste qu’il ne connaissait pas, un refus pas tout-à-fait catégorique se faisait sentir.
Je ne peux pas vous confirmer l’exactitude des mots échangés n’osant trop écouter tout en n’étant pas sourd par rapport à cette conversation, mais la diplomatie insistante de la dame, et la légendaire gentillesse de qui vous savez, Philippe cède, une clé USB de la femme en main :

-  Venez  demain-matin à 10h00, devant ma porte, chambre unetelle, sans rémunération, je vous prie.

Philippe, c’est cela. Une sorte d’Obélix au grand cœur, bonhomie à la fois sévère et naïve en apparence, mais la délicatesse d'un gros ours en peluche et de la profondeur en abondance, et si l’homme parfois devenait  imposant à vouloir  tout théoriser, on pouvait le recadrer avec humour sans trop le vexer…

Tu me manque beaucoup Philippe !



Philippe Petit et moi, septembre 2014
JP_ FASSBENDER | 24 Janvier 2017 21:24

Voici une photo l'on voit Philippe Petit avec moi. Nous nous échangeons des documents vidéos.

http://img11.hostingpics.net/pics/495437GalaBrassensParis201418.jpg

C'est fin septembre 2014, à Paris, lors du Gala des Amis de Georges.

Un très bon moment de nostalgie.



Super Emouvant
Jean-Marc PAMBRUN | 24 Janvier 2017 17:26

Merci Jean-Pierre pour ce portrait de Philippe super émouvant.