Liste des commentaires
court extrait du texte de l'émission Jean FOLLAIN
Christian MALAPLATE | 25 Janvier 2017 06:38

Jean FOLLAIN sait le tragique et la cruauté du monde qu’en tant que juge il vit, qu’en tant que poète il dévoile, mais aussi les comptines, les chansons et les secrets des feuilles qui tremblent. Il devient une sorte de harpe éolienne des choses humbles, des petits éclats des amours perdus ou inconnus, une sorte de pain trempé dans le vin de la vie. Et pourtant, en filigrane, la mort rôde souvent dans ses poèmes.
Il était comme ceux gens taiseux qu’il décrit : Cultivateurs et petits fonctionnaires des campagnes se laissaient vivre dans l’enveloppement du paysage. Ils s’appuyaient souvent sur les murs, leur pouce épousant machinalement un petit creux dans le ciment durci.
Jean FOLLAIN s’est appuyé sur le mur de la poésie, ce mur ne s’est pas effrité encore aujourd’hui, et ses constructions intérieures, ses architectures étaient les branches tombantes dans la nuit, les sentiers qui faisaient fuir l’horizon. Il allait à pas lents vers les limites incertaines. Son écriture si simple en apparence, si directe, si franche comme le regard de l’eau. Elle pourrait passer complètement inaperçue, sans flamboiement lyrique, sans images qui marquent. Sa poésie est une sorte de verre dépoli, à nous d’y voir ce qui palpite encore du monde. Et le temps passe, les étés passent sur le monde, les arbres frémissent et les humains sont à jamais éphémères.



Les musiques de l'émission Jean FOLLAIN
Christian MALAPLATE | 25 Janvier 2017 06:35

Le testament d'Amélia Miguel LLOBET

Concerto pour hautbois et orchestre à cordes en c majeur (1er mouvement) Domenico CIMAROSA

Clarinette trio in A minor opus 114 (4ième mouvement) BRAHMS

Au lac de Wallensradt LISZT

Horn concerto in D majeur (3ième mouvement) HAYDN

La cathédrale engloutie DEBUSSY

Aquarium CamilleSAINT-SAENS