Liste des commentaires
La maison du počte Jean JOUBERT
Christian MALAPLATE | 25 Janvier 2017 10:09

Pour répondre au mail de Jacqueline et Pierre à propos de l'oeuvre poétique de Jean JOUBERT qui était un grand ami-

La Maison du poète de Jean Joubert

La petite lampe
J'allume à ma fenêtre une petite lampe,
une petite lampe bleue comme mon cœur
afin que tous les mots qui traînent dans la nuit
- les mots perdus, les mots blessés,
les mots ivres de clair de lune,
les mots amoureux de la brume,
les bons mots, les mauvais mots,
les petits et les gros mots,
les mots qui volent, qui rampent,
les mots qui luisent,
les mots qui chantent,
les obscurs,
les délaissés -
afin que tous les mots de la nuit
sachent qu'il y a ici, au bord du ciel,
la maison d'un poète
qui est prêt à les accueillir
pour les bercer, les réchauffer,
les serrer contre son cœur.



un extrait du texte de l'émission de Jean JOUBERT
Christian MALAPLATE | 25 Janvier 2017 07:04

Je dirai comme le souligne Béatrice LIBERT que le poète Jean JOUBERT a nourrie sa vie et son œuvre de la foi en la beauté, en l’humanisme, en la non-violence. Il exalte les valeurs de respect écologique, socio-politique, fraternel. Pour Jean JOUBERT la poésie peut éveiller les consciences. Ecrire pour demeurer debout, pour avancer, pour dénoncer,  pour se révolter, pour témoigner, pour oser, pour résister à l’enlisement.

Il est un poète engagé et sa poésie nous alarme parce qu’elle est contre toute injustice, contre tout égarement.

Il a besoin d’espace, d’herbe, de bois, de sentier, de vol d’oiseaux… Il arrive que son regard fouille la nuit massive du langage en quête d’une lumière inconnue. Jean JOUBERT nous rappelle que la poésie naît d’une perception aigüe du réel, de l’émotion qu’il provoque et qui déclenche le surgissement d’un langage, d’un rythme, d’une série d’images, en grande partie inconscientes, mais s’imposent avec force. C’est ainsi, avec une certaine spontanéité, qui d’ailleurs n’exclut pas une forme de contrôle, que s’élabore le poème dont le sens, toujours ambigu garde une aura de mystère. Et il ajoute  : Le poème, tel que je le conçois, est relativement bref, né en quelques instants de ce qu’il faut bien nommer l’inspiration, immédiatement suivis d’une patiente mise au point. La poésie n’est-elle pas l’un des lieux possibles d’une réunification du langage et de l’être. Dans les romans comme dans les poèmes de Jean JOUBERT la nature est omniprésente. Il dit que cela tient sans doute à son enfance gâtinaise, à deux pas de la forêt de Montargis, et au choix qu’il a fait par la suite en s’établissant dans un petit village de la garrigue languedocienne. Il dit : Partout cependant la nature m’apparaît comme un ensemble de signes fascinants et complexes qu’il me faut tenter inlassablement de déchiffrer. Ce faisant j’aspire à me situer moi-même, dans ma relation avec les autres et avec le monde.

Dans l’histoire de la poésie française Robert SABATIER écrit à propos de Jean JOUBERT : « A l’écoute du mystère, solaire et nocturne, JOUBERT, en peintre et en musicien, célèbre les noces de l’homme et de la terre, parcourt l’autre versant du réel, fait mieux voir les êtres et les choses selon leur dimension de temps. Par-delà l’inquiétude de la beauté, l’angoisse du devenir, le poète (l’homme) apparaît calme et confiant, assuré de trouver en lui-même des éléments de survie. Et surtout, il y a ce qui dépasse toute tentative de description d’une poésie ; cette joie panique de l’imaginaire, cette création et ce renouvellement incessants qui sont la vie même. »



Les musiques de l'émission Jean JOUBERT
Christian MALAPLATE | 25 Janvier 2017 07:02

Valse opus 39 no-15 BRAHMS

Pièce pour piano en fa majeur K33b MOZART

Symphonie no-88 (Largo, extrait) HAYDN

Concerto pour piano no-1 opus 23 (andante simplice, extrait) TCHAÏKOVSKI

Quintette pour piano, hautbois, clarinette, cor et basson opus 80 (intermezzo) THIERIOT

Six duos pour piano à quatre mains opus 11 (barcarolle, moderato) RACHMANINOV