Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Un p'tit coin de Paradis

Aller à   
Rechercher
Auteur
Message Vue en arbre
Daniela S_Vighesso
mail
Posté le: 02 Mars 2015 20:51
Sujet de la contribution: Le mythe et la poésie

Dans la "sotie" Les amoureux qui écrivent sur l'eau, Le Chevalier au barizel, histoire édifiante du XIIIe siècle.

J'ai traduit toute l'histoire de Les amoureux (avec une patience sacro-sainte et beaucoup de plaisir!) et je suis allé à la recherche de tous les personnages mentionnés: Jeanne achette, La jeune Tarentine (un poème de Andrea Chénier), etc.

****************************************************************************

L'histoire entière peut être trouvé en tapant Jérôme et Jean Tharaud Le Chevalier au barizel

****************************************************************************

http://youtu.be/DMEWUs2Qcto

****************************



Modifié 03 Mars 2015 20:24
Haut 
JP_ FASSBENDER
mail
Posté le: 03 Mars 2015 19:13
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

Sitting Bull

................................................

Merci Daniela

Moi, Les amoureux qui écrivent sur l'eau, me font penser à cette phrase qu'on attribue à Sitting Bull (pas moi, le vrai) qui aurait dit :

Les paroles des "blancs" sont écrites sur l'eau

... à remettre dans son contexte, évidemment, où jadis,  on avait pas mal "spolier" les Indiens d'Amérique...

................

sinon Daniela, tu m'as permis de reprendre un peu mieux cette œuvre Les amoureux qui écrivent sur l'eau, où effectivement Brassens fait deux fois allusion au Chevalier au barizel (ou barisel)... un bol qu'il doit remplir d'eau

voilà deux liens URL qui racontent cette légende :

http://www.biblisem.net/narratio/tharlcab.htm


http://fransizcakonusalim.blogspot.be/2011_01_13_archive.html

Les amoureux qui écrivent sur l'eau, c'est une œuvre de jeunesse de Brassens, où l'on retrouve un peu de La Tour des Miracles, plus "homérique" (et en vers "assez libres") et de meilleur goût où il fait intervenir de la mythologie, des légendes, en "revisite" certaines, fait intervenir ses amis et connaissances comme personnages, et on y retrouve aussi l'ébauche et l'esprit de certaines chansons comme Jeanne, Les Sabots d'Hélène, Corne d'Aurochs, et j'en passe... 

Jeanne achette, La jeune Tarentine (un poème de Andrea Chénier)... je viens de lire La jeune Tarentine... (je découvre et je fais des recherches)

Merci de m'avoir redonner l'envie de relire cette "pièce poétique" assez spéciale, Daniela...

Bonne Soirée à Toutes, Tous

JP F. Sitting Bull



Modifié 03 Mars 2015 22:33
Haut 
Posté le: 03 Mars 2015 23:00
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

ninon

Ninon

........................

Moi aussi j'ai beaucoup apprécié!

Merci Daniéla!



Modifié 03 Mars 2015 23:31
Haut 
Posté le: 04 Mars 2015 20:39
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

 ninon

Ninon

............

Connaissiez vous cette histoire: "LE PETIT JOUEUR DE FLUTE"?   certainement, mais je voulais juste la rappeler et faire, si on peut dire, une relation entre le mythe et la poésie, entre cette histoire et "LE PETIT JOUEUR DE FLUTEAU" de Brassens.

"En l'année 1280, en la ville d'Hamelin vint un joueur de flûte : un dératiseur. En ce temps là, la ville était envahie par les rats et les habitants mouraient de faim. Le maire de Hamelin promit au joueur de flûte une prime de mille écus pour les débarrasser des rats qui infestaient la ville. L'homme prit sa flûte et, par sa musique, attira les rats qui le suivirent jusqu'à la Weser, la rivière qui arrose la ville, où ils se noyèrent. Bien que la ville fût ainsi libérée des rongeurs, les habitants revinrent sur leur promesse et refusèrent de payer le joueur de flûte en le chassant à coup de pierres.

Il quitta le pays, mais revint quelques semaines plus tard. Lorsqu'il y eut une nuit paisible, il joua de nouveau de sa flûte, attirant cette fois les enfants de Hamelin. Cent trente garçons et filles le suivirent hors de la ville jusqu'à une grotte qui se referma derrière eux. Selon certaines versions, le joueur de flûte aurait aussi emmené les enfants de Hamelin à la rivière ou au sommet d'une montagne. Les parents, eux, ne les revirent plus jamais."

Pensez-vous, comme moi que Brassens, comme à son habitude, a fait une discrète relation entre ces deux personnages et ces deux histoires?



Modifié 04 Mars 2015 21:37
Haut 
JP_ FASSBENDER
mail
Posté le: 04 Mars 2015 22:19
Sujet de la contribution: Un Fluteau pour Hugues aussi

Un fluteau pour Hugues Aufray aussi

https://www.youtube.com/watch?v=s_bvblMl23w

Lorsque, invité à un gala des ADG (Les Amis de Georges), Hugues Aufray se produisit, en hommage à Brassens, il nous chanta  "Le Petit Joueur de Fluteau"... et termina la chanson :

Et Dieu reconnaisse pour sien

Le très grand Georges Brassens



Modifié 04 Mars 2015 23:15
Haut 
Posté le: 04 Mars 2015 22:33
Sujet de la contribution: RE:Un Fluteau pour Hugues aussi

 ninon

Ninon

......................................

Oui, Sitting, c'est exactement cette histoire...

Ce qui nous confirme la relation entre "Le petit joueur de fluteau" et "le joueur de flûte de Hamelin"!

Très belle chanson d'Hugues Aufray et très beau clip!



Modifié 04 Mars 2015 23:15
Haut 
JP_ FASSBENDER
mail
Posté le: 04 Mars 2015 23:33
Sujet de la contribution: la fête des ménétriers

Sitting Bull

................................................

Ninon,

N'existerait-il pas, au jardin de ton coeur, un brave petit musicien qui t'a préféré, toi, une "quelconque" Ninon à Dieu sait quelle dame de noble souche ?

Je profite de mon intervention pour écrire, ci-après, le couplet que ne chante pas Brassens sur ses disques, sauf dans l'Intégrale 2011 (enregistrement public, car en public, il a toujours inclus ce passage) :

Et la chambre où j'ai vu le jour
Me serait un triste séjour,
Je quitterais mon lit mesquin
Pour une couche à baldaquin,
Je changerais ma chaumière
Pour une gentilhommière,
Avec un manoir à la clé,
Mon "la" se mettrait à gonfler

....

Ci dessous un joueur de flûte d'un registre encore différent.

Autre musicien autant modeste qu'illustre qui prouve aussi que  la musique est universelle et peut être ressentie sans explication et sans code par nos sens.

D'avoir visité l'Alsace on connaît sans doute cette légende d'un joueur de fluteau qui n'aurait pas déplu à Brassens... Elle concerne Ribeauvillé (... à + ou - 15 km de Colmar)

http://img4.hostingpics.net/pics/431115joueurdeflte01.jpg

La tradition rapporte qu'un jour, un seigneur de Ribeaupierre aperçut un musicien éploré parce que sa flûte - son moyen de vivre - était cassée. Le seigneur lui donna une bourse en disant "je n'aime pas voir quelqu'un de triste sur mon domaine !" Quelques jours après, la corporation entière s'était retrouvée au château pour demander au seigneur qui avait témoigné de la bonté envers eux de devenir leur patron. Depuis, tous les ans, une grande table est dressée dans la salle des chevaliers, et un banquet réunit les confrères. Les Ribeaupierre désignent alors un "roi" qui dirigera la confrérie jusqu'à l'année suivante. Le vin coule à flot, les chansons apportent la joie. Les fifres jettent leurs notes gaies.
De nos jours encore, Ribeauvillé fête le "Pfifferday", la fête des ménétriers.
Prémices une semaine avant, et cortège avec concours d'originalité et plein de confrérie pour 1 jour et demi d'ambiance intense.


http://img4.hostingpics.net/pics/660781joueurdeflte02.jpg


......



....

Voilà, voilà... Bonne Nuit !

JP F. Sitting Bull



Modifié 04 Mars 2015 23:34
Haut 
Daniela S_Vighesso
mail
Posté le: 05 Mars 2015 08:43
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

Nous apprenons beaucoup de choses en lisant Brassens.

Saviez-vous qu'il était un expert et connaisseur de la volaille? Dans Les Amoureaux ici ècrivent sur l'eau (Œuvres complètes p. 704), Brassens se réfère à La Fontaine (XX, le premier livre) Le coq et la perle. Mais, que sont-ils le créve-coeur, les nègres soie et le coucou de Rennes?

Voici:

**************************************************************************************************************************

Crève-coeur

 

Coq-nègre-soie

 

Coucou-de-Rennes


Modifié 05 Mars 2015 09:39
Haut 
Posté le: 05 Mars 2015 11:44
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

ninon

Ninon

......................................

Oui, on en apprend beaucoup en lisant Brassens mais aussi, en te lisant Daniéla, je m'aperçois que j'ai beaucoup de lacunes...

C'est bien de parler de sujets autour de Brassens qu'on a un peu laissés au bord de la route!



Modifié 05 Mars 2015 12:39
Haut 
JP_ FASSBENDER
mail
Posté le: 05 Mars 2015 13:09
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

Sitting Bull

................................................

On a pas mal repris goût au partage depuis que  "quelques ADG" se sont retrouvés ici...moi, j'en suis fortement ravi !

Puisque Daniela nous propose de continuer à approfondir la pièce de Brassens "Les Amoureux qui écrivent sur l'Eau", moi je veux bien continuer à exposer mes propres trouvailles concernant cette oeuvre.

Je croix comprendre que Daniela a une folle envie de cela.

L'eau a une importante place symbolique dans cette œuvre, art créatif un brin ironique, un brin hermétique, avec plein d'allusions, certaines évidentes, d'autres plus cachées...personnellement parfois je m'y amuse et à d'autres moments je perds le fil... de l'eau !

ainsi un personnage de la pièce, par plaisanterie je dirai que ça m'évoque moi "Sitting Bull" sans  le vouloir (serait-ce ma chère et tendre épouse) :  Egérie Tomahawk dite nymphe peau-rouge au chef empenné

dans les premières lignes, une allusion à Verlaine (Mon rêve étrange)

[...]

L'eau fait sans cesse la navette

En n'étant chaque fois, comme a dite le poète,

Ni tout à fait la même

Ni tout à fait une autre.

[...]

Voilà, Daniela et... vous Toutes, Tous... si cela apporte un peu d'eau au moulin...

Bonne Journée .

JP F. Sitting Bull



Modifié 05 Mars 2015 16:55
Haut 
Daniela S_Vighesso
mail
Posté le: 05 Mars 2015 20:18
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

Ce soir de la pleine lune me amène à nouveau au thème de ce matin: le petit lapin oriental. Une légende va nous expliquer comment grâce à un conte, les japonais voient un lapin sur la Lune. Un jour, un dieu décida de descendre sur terre et de prendre la forme d'un homme affamé. C'est ainsi qu'il alla dans une forêt pour se rendre compte de la capacité des animaux à survivre dans les bois. À sa vue, toutes les bêtes résidant dans la forêt lui ramenèrent de la nourriture. Le singe, en grimpant dans les arbres, lui ramena des fruits. L'ours, en allant pêcher dans la rivière, lui offrit des poissons. Les oiseaux chassèrent des insectes et des vers. Tous avaient un présent pour lui, à l'exception du lapin. Il eut beau faire tout ce qu'il pouvait, il ne réussit pas à trouver de la nourriture pour l'homme affamé.Tous les animaux commencèrent à se moquer de lui. Et le lapin, triste, voulait par-dessus tout lui venir en aide. C'est alors qu'il demanda à ce qu'on allume un feu. Et il décida d'offrir sa propre vie, sa propre chair, en se sacrifiant dans le feu. Le dieu fut très ému par cet acte et décida de lui sauver la vie. Puis, en récompense, l'envoya habiter sur la Lune. Depuis ce conte, les japonais voient se dessiner un lapin sur la Lune quand celle-ci est pleine.

*************************************************************************************************************

.....................................................................................


Modifié 05 Mars 2015 20:31
Haut 
Posté le: 06 Mars 2015 17:40
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

ninon

Ninon

......................................

LES SABOTS D'HELENE

Est-ce qu'il y aurait une relation entre Anne de Bretagne "La Duchesse en sabots", la jeune fille de la chanson "En passant par la Lorraine" et Hélène qui était comme une âme en peine?

Les trois ont ou auraient rencontré les "Trois Capitaines"!

Même personnage, pensez-vous?...peut être!

ici, du mythe à la poésie, il n'y a qu'un pas... de sabots!



Modifié 06 Mars 2015 17:57
Haut 
JP_ FASSBENDER
mail
Posté le: 06 Mars 2015 18:42
Sujet de la contribution: Le Sabot de Cosette

"Le Sabot de Cosette" (petit parallèle Hugo-Brassens)

L'étranger conjectura que cette chambre communiquait avec celle des époux Thénardier. Il allait se retirer quand son regard rencontra la cheminée ; une de ces vastes cheminées d'auberge où il y a toujours un si petit feu, quand il y a du feu, et qui sont si froides à voir. Dans celle-là il n'y avait pas de feu, il n'y avait pas même de cendre ; ce qui y était attira pourtant l'attention du voyageur. C'étaient deux petits souliers d'enfant de forme coquette et de grandeur inégale ; le voyageur se rappela la gracieuse et immémoriale coutume des enfants qui déposent leur chaussure dans la cheminée le jour de Noël pour y attendre dans les ténèbres quelque étincelant cadeau de leur bonne fée. Éponine et Azelma n'avaient eu garde d'y manquer, et elles avaient mis chacune un de leurs souliers dans la cheminée.


Le voyageur se pencha.


La fée, c'est-à-dire la mère, avait déjà fait sa visite, et l'on voyait reluire dans chaque soulier une belle pièce de dix sous toute neuve.


L'homme se relevait et allait s'en aller lorsqu'il aperçut au fond, à l'écart, dans le coin le plus obscur de l'âtre, un autre objet. Il regarda, et reconnut un sabot, un affreux sabot du bois le plus grossier, à demi brisé et tout couvert de cendre et de boue desséchée. C'était le sabot de Cosette. Cosette, avec cette touchante confiance des enfants qui peut être trompée toujours sans se décourager jamais, avait mis, elle aussi, son sabot dans la cheminée.


C'est une chose sublime et douce que l'espérance dans un enfant qui n'a jamais connu que le désespoir.


Il n'y avait rien dans ce sabot.


L'étranger fouilla dans son gilet, se courba et mit dans le sabot de Cosette un louis d'or.


Puis il regagna sa chambre à pas de loup.

extrait de "Les Misérables" de Victor Hugo



Modifié 07 Mars 2015 20:00
Haut 
Daniela S_Vighesso
mail
Posté le: 06 Mars 2015 20:26
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

Eh bien non, j'ai un petit avantage en quelque sorte, je ne peux pas prendre rien pour acquis, je dois me arrêter à chaque phrase, et pour moi c'est tout nouveau et beau ... Par exemple, Les Copains d'abord: faire un trou dans l'eau, de ce côté des Alpes ne signifie pas mourir, mais cela signifie tâche a échoué, échec, objectif raté. J'ai lu des traductions (des professionnels!) très mauvais. Je ne sais pas ce qu'on enseigne dans les universités italiennes, mais c'est certainement suranné d'ouvrir des dictionnaires, même ceux en ligne. Sinon, je ne comprends pas comment on peut traduire "ramoneur" par "ramo nero" (= branches noire), ou «J'aime Joha comme une plainte" qui devient "J'aime Joha comme une plante." Quand j'ai lu cela, j'ai pensé que les poètes sont tous un peu bizarre ...

Modifié 06 Mars 2015 20:27
Haut 
JP_ FASSBENDER
mail
Posté le: 07 Mars 2015 01:23
Sujet de la contribution: RE:Le mythe et la poésie

Sitting Bull

................................................

Un trou dans l'eau ? (celui d'un des Copains d'Abord recherché par Daniela)

Probablement liés à des processus plus ou moins rapides de sédimentation, dans certains lieux dans des mers et des océans, on peut apercevoir des trous d'eau. Endroits de rêve dangereux mais propices à la plongée sous-marine aboutissant quelquefois sur des cavernes aquatiques, des sortes de trous bleus ouverts et qui visiblement ne semblent pas se refermer parce  donc plus concentrés de couleur bleue par rapport à la grande masse aux alentours aux tons plus dilués... ce serait alors amusant d'imaginer que les trous dans l'eau que chante Brassens, ça existe...

Je n'ai pas trouvé d'explication logique où Brassens aurait pensé à cela... Mon idée, c'est qu'il a voulu faire une expression à sa manière... un trou en terre, c'est une sépulture qu'on doit refermer tandis qu'en mer, c'est impossible. Ce qui est sûr c'est qu'il fait allusion à un ou des êtres chers qu'on ne peut oublier... et vu qu'il n'est pas sur terre, il remplace "terre" par "eau" ; expression qu'il utilise également dans « Je rejoindrai Ma Belle »...

Pour les trous bleus :

http://nature-extreme.psyblogs.net/2012/01/le-grand-trou-bleu-de-belize.html

Mais, Amis, Amies, je suis évidemment en plein délire, mais n'est-ce pas une belle astuce poétique de s'amuser ainsi ?

Bonne Nuit à Toutes, Tous.

JP F. Sitting Bull



Modifié 07 Mars 2015 01:47

Haut 
Aller à   
Rechercher
Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements Brassens dans l'Agenda

Juin : Agenda Evènements

Juil : Agenda Evènements

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Nos liens favoris

Juillet 2018  S.29

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire