Emission Prélude du 30 Octobre 2017 : Serge Prokofiev

Concerto pour piano et orchestre de chambre n°3.

Serge Prokofiev ou, en ukrainien Sergiy Sergiyovych Prokofiev (Сергі́й Сергі́йович Проко́ф'єв), en russe, Sergueï Sergueïevitch Prokofievn est  né le 11 avril 1891 (23 avril 1891 dans le calendrier grégorien) à Sontsivka (Ukraine, gouvernement d'Ekaterinoslav, Empire russe), mort le 5 mars 1953 à Moscou (URSS), est un compositeur ukrainien et soviétique de musique classique, un pianiste et un chef d'orchestre.

Sergueï Prokofiev produit une œuvre libre et non soumise aux règles de l’écriture. Il privilégie le rythme et l’association d’un lyrisme moderne et d’une inspiration plus sobre : ses musiques sont particulièrement adaptées au cinéma, notamment plusieurs films d’Eisenstein.

Dès l’enfance, Prokofiev montre des facilités pour l’apprentissage de la musique et pour la composition. Il étudie l’orchestration avec Rimski-Korsakov et affirme très tôt son anticonformisme. Il remporte le prix Anton Rubinstein en tant que meilleur étudiant de piano. A l’occasion d’un concert, il joue devant Stravinski, puis quitte Saint-Pétersbourg pour Paris où il rencontre Diaghilev avec qui il monte plusieurs ballets. Au moment de la Révolution russe en 1917, Prokofiev choisit l’exil, ce qui lui permet de trouver le temps de composer. Après avoir écrit sa première symphonie, il crée à Chicago une œuvre essentielle dans sa carrière, l’opéra L’Amour des trois oranges, qui connait tout de suite un grand succès. Il continue à composer des œuvres nombreuses et diverses en Europe (concertos, symphonies).

En 1933, il décide de rentrer en Russie, attiré par les promesses que lui fait le gouvernement. C’est une autre période fructueuse (Roméo et Juliette, Cendrillon, Ivan le Terrible ) qui prend fin avec la guerre. Après de graves problèmes de santé, persécuté par l’URSS, Prokofiev s’éteint presque dans l’oubli, effacé par la mort de Staline le même jour.

Excepté la musique religieuse, Prokofiev a abordé tous les genres. Il a donné le meilleur de lui-même dans la musique pour piano et dans les œuvres chorégraphiques et cinématographiques. Et pourtant, réaliste, volontaire, tourné vers le concret et l’avenir, spirituel et provocateur, il n’en est pas moins un lyrique qui a toujours su adapter son invention mélodique aux divers styles qu’il a pratiqués.

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Mots-clés du thésaurus:  PRELUDE  


Commentaires
31 Octobre 2017 18:19 - Christian MALAPLATE
PROKOFIEV

Prokofiev : compose la musique du film Lieutenant Kijé commandée en 1934, la partition de Lieutenant Kijé est devenue une oeuvre de concert réjouissante qui se moque de toutes les bureaucraties avec l'acidité des timbres et des rythmes que Prokofiev affectionnait tant. Après avoir longtemps mené une vie brillante et cosmopolite, Prokofiev éprouve le désir, au début des années trente, de retrouver sa terre natale. La Russie, cependant, est devenue l'URSS, et une fois le compositeur rentré définitivement, en 1938, on ne l'autorisera plus jamais, pendant les quinze ans qui lui resteront à vivre, à quitter le pays. Dès cette époque, pour le séduire, les commandes officielles abondent ; elles concernent, pour la plupart, des musiques de scène et de film. Parmi celles-ci, la musique d'un film de Feinzimmer intitulé Lieutenant Kijé, inspiré de Youri Tinianov. Le compositeur y voit «l'occasion de (s)'essayer à un sujet soviétique et de mettre à l'épreuve le public soviétique». Il précise : «Je m'intéresse à un sujet qui défendrait les éléments positifs, les aspects héroïques de la construction socialiste, le nouvel homme, la lutte pour triompher des obstacles.» L'action, située au XVIIIe siècle mais tout à fait adaptée au XXe, est pourtant d'une ironie mordante, et on peut se demander quelle est la part de la candeur et celle de l'ironie dans le comportement de Prokofiev en 1934, devant ce miroir aux alouettes, et plus encore dans sa décision, en 1938, de se plier aux oukases esthétiques soviétiques dont il sera plus tard lui aussi la victime.

La Symphonie n°5 en si bémol majeur opus 100 de Serge PROKOFIEV est composée de  4 mouvements ; œuvre patriotique avec des accents guerriers qui marque la victoire sur l’Allemagne ; réception triomphale. Prokofiev obtient un prix de l’ordre de Staline.

 

31 Octobre 2017 18:16 - Christian MALAPLATE
PROKOFIEV

Musique de PROKOFIEV

L'amour des trois oranges (La marche)

Les trois mouvements du Concerto pour piano et orchestre de chambre no-3 en sol mineur

1-Andante-allegro

2-Tema con 3 variazioni

3-Allegro ma non troppo

Lieutenant Kijé (2ième mouvement)

Le 3ième et le 4ième mouvement de la symphonie no-5 en si bémol majeur opus 100

Fermer