Emission Prélude du 19 Mars 2018 : Georg Friedrich Haendel

Georg Friedrich Haendel est un compositeur allemand naturalisé britannique en 1726, né à Halle en 1685 et mort à Londres en  1759)

Georg Friedrich Haendel (Händel) est un compositeur anglais d’origine allemande du 18ème siècle. Admiré du public, fréquentant l’élite intellectuelle et sociale de son époque, ce compositeur prolixe d’opéras et d’oratorios, apparaît à la fois comme un des derniers humanistes de la Renaissance, mais aussi comme un représentant du siècle des Lumières en Europe. Il laisse une œuvre immense et variée, d’une grande spiritualité.

Malgré la réticence de son père, qui l’espère juriste, Haendel étudie la composition et joue de plusieurs instruments. Organiste de la cathédrale de Halle, mais avide de nouveaux horizons, il se rend à Hambourg, puis voyage 4 ans en Italie, rencontre mécènes et musiciens dans de nombreuses villes, où il compose beaucoup d’œuvres religieuses et développe ses dons de mélodiste.
Installé à Londres, Haendel mène une vie de compositeur-chef d’orchestre-impresario et fait représenter bon nombre de ses opéras au King’s Theater ; quelques échecs et cabales lui font abandonner cette voie pour se consacrer à la composition d’oratorios, dans lesquels il excelle : il s’inspire de thèmes bibliques ou de personnages historiques.

Travailleur acharné au caractère impétueux, Haendel se présente comme l’homme qui synthétise l’art européen de l’époque : influencé par des cultures diverses (Allemagne, Italie, France et Angleterre), il écrit une musique inventive, aux formes nobles, majestueuses et à l’harmonie sensuelle. Il magnifie l’oratorio, et la musique dans ses opéras exprime parfaitement les nuances d’une dramaturgie psychologique pour laquelle Haendel s’impose, annonçant ainsi les œuvres de Haydn et Mozart.

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Mots-clés du thésaurus:  PRELUDE  


Commentaires
29 Mars 2018 18:56 - Christian MALAPLATE
HAENDEL

Le Dixit Dominus a été écrit par Hëndel en 1707 à l’âge de 22 ans, pendant ses années de formation en Italie. C’est l’un des trois psaumes latins avec le Laudate pueri et le Nisi Dominus à avoir été composé pour l’office des Vêpres, à l’occasion du festival de l’ordre du Mont-Carmel. Dixit Dominus est le psaume d’entrée des vêpres les jours de grande fête. C’est pourquoi Händel le traite de façon élaborée, dans un style au goût du jour, avec un emploi saillant du ton psalmique correspondant, sans doute pour satisfaire l’attente du public romain attaché à ses habitudes.

Conçu comme une grande cantate pour chœur à 5 voix, solistes et orchestre à cordes, il est basé sur le texte du psaume 109 (110 de la Bible hébraïque). Doit-on attribuer le déploiement de virtuosité dont il fait preuve, dans l’art du contrepoint comme dans l’agilité vocale, à la fougue de la jeunesse, ou bien à la quête de reconnaissance auprès des dignitaires de l’Eglise romaine ? Haendel s’est imprégné du style italien concertant, mais il le transcende dans une oeuvre jubilatoire, très colorée, d’une énergie et d’une exigence vocale exceptionnelle qui culmine dans le fougueux Gloria final. Le chœur est la véritable « vedette » de cette pièce. Le Dixit Dominus de HAENDEL

Fermer